Les expériences de ma vie m’amènent jusqu’à ma limite. Enfin, ce que je croyais être ma limite. Je disais : « Plus que ça, je ne pourrai pas supporter ! », pas loin de baisser les bras… L’expérience m’amène là et puis me laisse… Elle me dit : « Tu croyais que c’était ta limite ? Mais non : regarde ! Tu peux aller plus loin, tu n’es pas limitée par ce qui se trouve à l’intérieur de ces frontières ». Et comme pour conforter cette idée, je me heurte à chaque mur de cette frontière que je crée. Et j’ai mal : au cœur, au corps, à l’âme,… En érigeant ces frontières, je sépare le bien du mal, le masculin du féminin, le haut du bas,… De l’unité, je fais une dualité. Peu importe à quel point je développe ma conscience, je continue de rencontrer des gens et des situations que je ne peux accepter. C’est là que je refuse d’aller plus loin, que j’établis ma limite. Ce qui est de ce côté-ci est acceptable et ce qui est de l’autre ne l’est pas.

Voilà la nature de mon chemin de conscience : établir et faire disparaître des frontières. Le voir comme ça m’apprend à être plus conciliante envers moi-même et les autres. Je sais que ces frontières ne sont réelles, ce sont seulement mes croyances qui les concrétisent. Quand je change mes croyances, ces frontières disparaissent sur-le-champ. Là, un accompagnement thérapeutique de mise en conscience de ces croyances est souvent nécessaire.

J’ai beau essayer d’ordonner et de définir mon existence, à moi de reconnaître que je ne suis simplement pas très habile à contrôler ma vie. Plus j’essaye, plus je bousille tout. Le mieux serait de travailler en partenariat avec ma vie. MA force de vie sait ce qui est bon pour moi : parfois ce qui arrive n’est pas ce que je voulais. Mais par la suite, je me rends compte que c’est exactement ce dont j’avais besoin à ce moment-là ! MA force de vie le sait et l’attire à moi. Cette force n’est pas en dehors de moi, ni à l’intérieur ou peut-être les deux à la fois… Pas de limite à cette force ! C’est un seul et même mouvement, sans commencement, ni fin.

Quand je me tiens à l’intérieur des murs/frontières, tout me semble tellement important ! Lorsque la Vie entre et que cette force fait disparaître ces frontières, tout prend une autre réalité/importance. J’ai mes « petits trucs à moi » (que je transmets lors des canalisations et des ateliers) pour me connecter à la puissance vague d’énergie d’Amour qui balaye toutes ces frontières.
Je ne sais pas ce que le futur m’apportera, mais ça n’a pas d’importance. Peu importe ce qui m’arrivera, ce sera très bien. J’ai laissé derrière moi ma peur et mes jugements. Le passé, les attentes ne peuvent plus assombrir ma liberté d’être moi, à 100% ! Ni de vous laisser être vous-même.
Maintenant, à moi de rester fidèle à ce que j’ai compris : je suis parfaite comme je suis, vous êtes parfait comme vous êtes. Le reste n’est qu’une question de dimension, de forme, d’interprétation,… Quand je regarde ce que je suis, je ne suis pas différente de vous, je ne suis pas séparée de cette force, je ne suis pas séparée de cette magnifique énergie du Grand Tout, Divin, Amour,… (vous l’appelez comme vous voulez 😉 ).

Voilà ce qui est mon bonheur !