MARIE JAUCOT – PSYCHOTHÉRAPEUTE, CHANNELING, LIFE & SPIRITUAL COACHING

Blog

Qu’est-ce que je pratique au quotidien ? Si ce n’est ce que je connais déjà… Et ce que je connais (même si je pratique pour m’en débarrasser), ce qui vient en 1er, c’est le jugement, la peur, la colère, la culpabilité, l’attaque parfois,… Je ne veux pas continuer à mettre en pratique ces croyances et réactions […]

NEWSLETTER JUIN 2020 : PAR LA PRATIQUE, JE POSE MA BASE ♥

Qu’est-ce que je pratique au quotidien ? Si ce n’est ce que je connais déjà… Et ce que je connais (même si je pratique pour m’en débarrasser), ce qui vient en 1er, c’est le jugement, la peur, la colère, la culpabilité, l’attaque parfois,… Je ne veux pas continuer à mettre en pratique ces croyances et réactions qui me mènent au conflit, au combat et à la souffrance.

Comment faire pour changer cette pratique ? Pratiquer quelque chose de nouveau, petit à petit … Pour que cette nouvelle pratique prenne la place de l’ancienne dans l’ouverture au nouveau, au changement, encore et encore… Cela demande de la volonté, courage, détermination, engagement, ouverture au changement … Et cela apporte la paix profonde, harmonie, amour, joie infinie.

Alors que vais-je pratiquer et comment? Je pourrais commencer, purement et simplement, par pratiquer la prise de conscience. Prendre conscience de mes ressentis/émotions/envie de réaction, de mon attaque. Ne pas les déguiser, ne pas les nier, ne pas les projeter sur d’autres personnes (s’aider des « 4 accords toltèques » par exemple). Simplement, je regarde ces phénomènes lorsqu’ils apparaissent dans ma conscience. J’accueille, je plonge dans le ressenti de ces émotions, INSPIRER, j’accepte, EXPIRER –  INSPIRER et je lâche, EXPIRER. Je recommence autant de fois qu’il faut pour sentir ce moment où « ça » lâche. Et si je n’y arrive pas, ne pas me dévaloriser/culpabiliser. Je peux me faire aider : méditation (aussi une pratique), thérapie, coaching,… (> « méthode 100%toi »).

Je peux aussi demander : « Pourquoi suis-je en colère? Pourquoi est-ce que je ressens le besoin de me défendre ? Qu’est-ce qui m’effraye ? Qu’est-ce que ça vient nourrir en moi ? Qui/Quoi a intérêt à ce que je sois dans cette émotion ? ». Continuer de me poser ces questions jusqu’à ce que je commence à percevoir la source de ma colère et de ma peur. Une fois que j’ai traversé ces niveaux émotionnels (ou niveaux de conscience), je découvre que c’est un sentiment inconscient de culpabilité ou de honte, imperfections, dévalorisation qui se cache tout derrière. Alors que ce que je cherche à vivre est : Amour, Harmonie, Joie et Intelligence infinie. Entre les deux, il y a un processus : mise en conscience et intégrer la conscience à mes propres pensées (comme vu plus haut), pardon à soi-même pour me libérer.

Personne ne peut se soustraire à ce travail : ni toi, ni vous, ni moi… Il constitue une partie essentielle du processus de l’éveil. Plus vite nous comprendrons cela, plus faciles seront les choses pour chacun d’entre nous.

Avec Amour ♥

De la théorie à la pratique :

N’avez-vous jamais senti que quelque chose d’important allait se passer sans pouvoir toutefois dire ce que cela allait être ?

Pour développer votre capacité intuitive, commencez par prêter attention à ce qui se passe à l’intérieur de vous. Prenez conscience de ces dialogues intérieurs et notez-les dès qu’ils se présentent à votre esprit. En devenant plus conscient de la façon dont vous fonctionnez intérieurement, vos commencerez à repérer les sentiments intuitifs dès qu’ils apparaissent et deviendrez plus à même de vous en servir consciemment.

La plupart des gens s’aperçoivent qu’avec un peu d’entraînement on devient beaucoup plus conscient des messages intuitifs qui nous parviennent. Le stade suivant consiste à apprendre à les déchiffrer et à agir en en tenant compte dans la vie pratique. Souvent, quand nous suivons nos intuitions, nous ne savons pas exactement ce que nous faisons, ni pourquoi nous le faisons, mais les résultats sont en général surprenants et intéressants. Une fois l’action accomplie, alignée à l’intuition > validez : « oui, je l’ai fait ! ». Les ateliers, canalisations  et le programme TEAM vont vous aider à développer ces capacités.

Rappelez-vous que percevoir et suivre votre intuition est un processus complètement naturel. A apprivoiser ou à vous la réapproprier avec un peu d’entraînement. (>Canalisation online et programme TEAM2 – septembre 2020).

NEWSLETTER MAI 2020 : Voilà ce qu’est le Pardon

Chaque moment que nous vivons est un moment qui nous demande de poser quelques gestes de pardon. Chaque fois que je me juge ou que je juge quelqu’un d’autre, chaque fois que je me sens effrayé et/ou attaqué, chaque fois que je veux attaquer mais que je m’en empêche de le faire, chaque fois que je justifie mon attaque ou ma réaction de défense, il m’est demandé de pardonner. Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Le pardon se vit dans le présent, dans le moment. Laisser le passé être le passé. Je ne transporte pas le passé dans le présent et je ne transporte pas le présent dans le futur. J’accepte seulement le présent tel qu’il est. Voilà ce qu’est le pardon.

Ça n’a rien d’ésotérique. Je laisse tout simplement ce qui est « être ». Je n’essaie pas de le combattre. Je n’essaie pas de le changer, ni de l’interpréter. Je le laisse simplement être. Je permets à ce qui est là d’être avec moi et je me permets d’être avec ce qui est là. J’accueille l’expérience et les émotions/ressentis qui accompagnent : acceptation, je laisse mûrir et vient ensuite la compréhension. Avec le temps, mon expérience devient une vérité vivante qui me guide et inspire les autres. Ça demande beaucoup de patience – deux « ingrédients » indispensables à la guérison : le temps et l’amour. Ne pas aller trop vite : prendre le temps de vivre « avec » pour que mon expérience soit un enseignement. Ce processus de maturation amène le changement. Tant que je consacrerai de l’énergie à tout conserver dans le même état, je ne pourrai pas bénéficier des leçons que ma vie m’offre spontanément. Je dois être ouvert au changement. Et prêter attention à mon « égo » qui me fait croire que je sais dans quelle direction doit se faire le changement. Ça, je ne le sais pas. Ça, je ne devrais pas le savoir. Ça vient de l’inconnu, de quelque part au-delà de moi, ou de tellement profond à l’intérieur de moi que je ne le reconnais pas/ Que je ne le connais pas encore. Ça vient à travers moi et, en passant à travers moi, ça me transforme.

J’ai foi en ce processus : tout est très bien tel que c’est. Peu importe ce qu’il amène. Le Créateur m’aime et reste fidèlement à mes côtés à travers toutes mes expériences/peines. IL m’amène au « meilleur de moi », pour un bien pour moi et pour tous.

De la théorie à la pratique :

Notre intuition essaie sans cesse de nous emmener là où nous avons besoin d’aller et, ceci, de la meilleure façon possible (wébinaire « intuition » 27/05/2020). Quelque fois cela implique de « prendre de la hauteur » et « quitter »  ce à quoi nous sommes très attachés et nous pouvons avoir l’impression que tout s’écroule dans notre vie. Et cela peut être effrayant… Si nous sommes poussés à abandonner quelque chose, c’est peut-être parce que nous n’en avons plus besoin ou qu’il est temps pour nous de changer, même si nous ne le savons pas encore 😉 C’est alors qu’il est important d’avoir la Foi/Confiance. Plus nous serons entraînés à suivre nos intuitions et voir comment les choses se passent en fin de compte, plus notre Foi/Confiance dans le processus se développera. Et plus notre Force Vitale circulera avec fluidité ! Il nous faut demander à  notre guide intérieur : « Donne-moi un signe clair pour … (ceci ou cela) ». Demandez clairement permet de recevoir une réponse claire : signe, synchronicité,… Ressentons la sensation, écoutons le message et agissons !

NEWSLETTER AVRIL 2020 : La créativité donne sens à ma vie …

Personne ne m’oblige à me conformer aux valeurs et standards de la réalité dominante autour de moi, et pourtant, parfois, je m’y conforme. J’ai besoin de gagner ma vie. Je suis (encore/aussi) soucieuse du regard des autres, de ce qu’ils pensent même si je m’exprime créativement et d’une façon authentique. La pensée de l’abondance ne m’aide pas, à elle seule, à payer mes factures. Si je vais à l’encontre du courant, je peux m’attendre à plus de frictions que si je le suis et je ne peux espérer un retour financier positif…

Plus j’aurai foi en ma propre vision créatrice, plus j’aurai tendance à explorer des territoires non répertoriés (en avant sur mon temps, parfois… ;-)), plus je « communique » (newsletter, facebook, Instagram,…), plus je me sens libre d’être et de m’exprimer pleinement. Dans un langage qui vient du cœur et adapté, pour autant que possible, chacun comprenne. Ni artifice, ni tentative d’impressionner, aucune prétention à être ce que je ne suis pas : juste le désir sincère et vrai de partager.

Mais est-ce que cela permet aujourd’hui de gagner sa vie ? Peut-être, peut-être pas…

Le monde dans lequel nous vivons n’a pas encore atteint ce stade de confiance et d’investissement dans le processus créatif. Je ne peux me permettre de renier ces aspects de mon être : authentique et créatif, simplement parce qu’ils ne me soutiennent pas financièrement. Ces aspects sont essentiels à ma vie et au respect de Soi. Déclarer mon avis simplement, être « canal » pour transmettre des infos, inviter au dialogue, bâtir des ponts/liens entre les diverses perceptions des gens, stimuler la croissance/conscience/éveil… Des paroles et des gestes que bâtit une communauté.

Personne n’est destiné à être isolé, chacun est destiné à s’exprimer honnêtement. Mais le désir d’approbation bloque parfois l’autoexpression honnête/authentique/transparente. Sans la pleine réalisation de la créativité de chacun, la vie sociale devient terne, banale, restrictive et ennuyante. Il n’y a pas d’éclat, pas d’énergie, pas de diversité, pas d’échange.

Si je veux améliorer la vie de mes enfants et de mon entourage, je commence par honorer mon propre processus créateur d’abord, par appuyer mes enfants/amis/patients dans leur propre processus créateur ensuite. Ne pas me perdre dans les « affaires » de la vie. M’accorder des moments « pour moi » et « avec moi » pour honorer le Soi et des moments pour partager le fruit de mes réflexions/expressions/canalisations. Plus je ferais confiance à mon processus de création et à mes efforts pour appuyer celui des autres, plus je participerais à créer les conditions pour un monde sain et aimant. De façon croissante, comme je m’engage dans le rituel d’honorer le Soi (=ma divine présence « Je suis »), je vois que l’appui financier à mon processus s’établit dans ma vie. Ce genre d’appui ne se bâtit pas en un jour, malgré les promesses des programmes/prophètes de l’abondance. Il évolue avec le temps, au fur et à mesure que l’engagement/qualité de présence à ma divine énergie « Je suis » prend racine et atteint les profondeurs de l’être. Poursuivre ce en quoi je crois, tout cela fait sens dans ma vie.

Avec Vous, pour Vous !

De la théorie à la pratique : SOIGNER

C’est s’occuper du bien-être de quelqu’un, être attentif à prévenir ses désirs, à lui faire plaisir. Procurer les soins nécessaires à la guérison de quelqu’un.

Soigner engage totalement la personne qui s’occupe de l’autre ; c’est un acte fondé sur la BIENVEILLANCE (altruisme, conscience, empathie, prévenance, solidarité) qui implique une responsabilité personnelle directe. On peut soigner pour témoigner de la gentillesse, pour éviter que l’état d’une personne ne s’aggrave, pour lui prodiguer bien-être et réconfort. Soigner signifie aussi l’existence d’une souffrance physique, morale, émotionnelle, psychique,… qu’il faut accompagner à apaiser. Soigner est synonyme aussi de présence et de prise de conscience.

NEWSLETTER MARS 2020 : La qualité de « Présence à Moi » transcende tout espèce de dualisme

Les pensées négatives prospèrent tout autant que les pensées positives. Parce que je présente un mélange de pensées positives et de pensées négatives, ma situation extérieure reflète les deux.

Je ne serais pas capable de chasser les pensées négatives en me focalisant sur les positives. En fait, plus je me concentre sur les pensées positives, plus je donne du pouvoir à mes pensées négatives.

Personne ne peut échapper à ce paradoxe.

Je peux oublier la pratique des affirmations positives. Elles ne sont qu’illusion. J’arrête d’essayer de changer mes pensées négatives : être simplement conscient d’elles.

Être conscient des émotions qui leur sont attachées. Et laisser ma conscience me mener. Comment apprendre la foi, la confiance en l’énergie divine (vous l’appelez comme vous voulez), comment apprendre à être soutenu par cette énergie si j’interfère continuellement avec ses rouages ?

Lorsque je regarde mes pensées, je suis conscient qu’une partie de moi veut tel résultat et qu’une autre partie en veut une autre. J’ai l’impression alors de devoir choisir entre ces deux parties et cela me met sous pression et génère en moi le conflit. Par la pratique, je sais pourtant que la meilleure manière de sortir du conflit est d’accepter les deux positions : une pensée n’est pas « meilleure » que l’autre. Tant que je ne trouverai pas cet endroit de neutralité, je continuerai à imposer ma propre signification à ce qui se passe dans ma vie, et j’aurai toujours une sensation de manque, de « punition », d’injustice parce que je ne reconnais pas ma propre valeur (>methode 100%toi, rdv individuel).  Je sais maintenant que c’est la peur qui me fait sentir  « victime » du monde, des autres, de la vie. La peur, ma peur inverse la vérité. En tant que « victime », je ne contacte pas mon pouvoir créateur (pour aller vers le changement) et mon identité dans l’amour. Embrasser les deux parties ou bien aucunes. Être neutre et la vie (avec ses propres conditions) viendra à ma rencontre…

Ceci est un acte d’amour : pleine présence de mon entièreté, à mon entièreté, en ce moment même. La présence à moi, la bienveillance, l’amour transcendent toujours toute espèce de dualisme. L’amour ne prend jamais partie, il valide les deux côtés. Comprendre/Intégrer/Ressentir que je ne suis pas coupée de l’amour même si je ne me sens pas complète, en souffrance, en conflit,… (>Canalisation de groupe). Lorsque je vois le monde avec cette neutralité absolue, je comprends qu’il n’existe que comme un outil pour mon propre processus d’apprentissage.

De la théorie à la pratique :

S’ouvrir à l’intuition, c’est s’ouvrir à une autre perception du monde, c’est forcément se heurter à de vieux schémas, à des peurs anciennes qu’il faudra dépasser. Autant s’y préparer et se faire accompagner (>méthode 100%toi).

Si vous comprenez seulement les mots intention et confiance, vous avez la clé de l’intuition. Lorsque l’on veut poser ses questions, il est essentiel d’avoir une intention aussi claire que le cristal. De même, il est impératif d’avoir confiance que vous obtiendrez l’aide/la réponse dont vous aurez besoin. Cela demande du temps, de l’entraînement et de VALIDER les expériences lorsque vous agissez  sous l’impulsion de l’intuition.

Comment fait-on pour utiliser son intuition et avoir une foi totale en ces énergies qui nous entourent et les mettre à notre service ? >Webinaire 1x/mois et atelier intuition 29.03.2020 : inscription sur le groupe fermé « Wébinaire Intuition & Plus… » via la page fb 100%toi

NEWSLETTER FEVRIER 2020 : Pour 2020, Savoir (se) remettre en cause / Ne pas (se) comparer

Il arrive que des circonstances difficiles et exigeantes favorisent une plus grande croissance spirituelle. Parfois, seule l’auto-trahison créera l’éveil par lequel je ne trahirai plus mon énergie « Qui je Suis », mon Moi, mon Soi…

La guérison/réalisation de Soi passe par une multitude de chemins. Mon expérience avec les hauts et les bas qui la composent, est parfaite pour moi. Elle est tout ce dont j’ai besoin pour aller au-delà de la peur, de la culpabilité et de mes blocages/freins/limites/croyances… À moi d’éviter de juger et de comparer mon expérience avec celle des autres. Il n’y a pas de « standards » externes qui puissent mesurer ma spiritualité, ni ma paix intérieure.

Il me faut juste honorer mon expérience : être présent instant après instant à mon expérience. Accepter mon expérience sans la juger, et si je la juge ? Accepter et me pardonner d’avoir résisté ou d’avoir rejeté. La respiration et la méditation (active ou passive) m’aident bien.

La lecture ou certains audios aussi… (>podcast). Il y a un milliard de possibilités ! Il y a beaucoup plus de chemins de guérison/élévation que je n’imagine (au moins autant que de blessures/expériences).

Chacun de nous est « éveillé » en ce moment,  puis nous l’oublions et nous nous endormons… La douleur, l’inconfort, les conflits me sortent de mon sommeil. Je les en remercie. Ils sont mes plus grands enseignants. Ils me ramènent au moment présent : c’est un cadeau important. Dans ces moments-là, je peux simplement « être ». Etre, simplement. Sans attaches, sans jugements, sans règles/dogmes. Dans cet état, je me connecte tout simplement à cette haute vibration « qui je suis » (>canalisation). Elle vit/vibre en moi et rayonne. Un bonheur !

De la théorie à la pratique :

Quand nous ne sommes plus heureux/épanouis dans notre carrière ou que nous nous rendons compte que avons peut-être choisi notre carrière par intérêt pratique ou pour avoir l’approbation de nos parents ou de nos pairs. Il se peut même que nous en arrivions à imaginer qu’il nous serait impossible de faire ce que nous voulons vraiment. Parfois, nous ne savons pas/plus ce que nous pourrions faire d’autre…

Nous en venons presque tous à un moment donné à nous demander quel est le but/sens de la vie et pourquoi nous sommes là ? À mesure que votre intuition se développera, vous commencerez à faire l’expérience de changements subtils qui vous conduira à porter un regard nouveau sur votre vie.

Chacun de nous arrive dans la vie avec des leçons à apprendre et des talents à exercer. En développant l’intuition, nous sommes guidés vers la découverte et l’accomplissement de notre but ultime dans la vie, qui est de rayonner notre vibration et de faire bénéficier les autres des dons que nous avons reçus.

S’entraîner à suivre son intuition va vous mener dans différentes directions, des domaines variés, intéressants, nouveaux, inattendus et vous rendre plus créatifs. Petit à petit, vous entrerez profondément en contact avec votre âme et l’énergie du Un (du Tout, de l’Univers,… vous l’appelez comme vous voulez). Votre conception du monde va commencer à changer et ces changements peuvent vous conduire sur votre propre chemin personnel unique et vous faire découvrir le but de votre vie.

L’intuition va vous emmener à explorer les choses qui vous attirent réellement, aller vers un changement de carrière qui vous apportera épanouissement personnel et joie. (> Développez votre intuition et apprenez à vivre cette énergie au quotidien : Webinaire « Intuition » & Atelier du 29/03/2020).

NEWSLETTER JANVIER 2020 : La transparence augmente le flux d’amour ♡

Lorsque je n’ai rien à cacher, la lumière de mon attention consciente n’est plus compromise par un secret, une honte,…Mes relations ne sont plus chargées d’intentions cachées. La simplicité et la clarté règnent dans ma vie, car il n’existe pas de tromperie. Vous avez tous, en ce moment même, en vous, cette clarté à votre disposition si vous avez le courage de communiquer sans hésitation tout ce que vous pensez et ressentez, avec respect et bienveillance. C’est un geste de confiance, un consentement à être visible et vulnérable.

Si je nourris une pensée qui juge/condamne un autre, je peux la nier, la déguiser ou la projeter sur une autre personne. Ou bien je peux l’amener à la surface pour lui accorder attention et guérison. Je peux dissimuler mes pensées ou bien je peux les sortir/dire/partager/communiquer. Cela permet d’évacuer la densité de la dissimulation et de conscientiser ma peur et ma culpabilité. Et le rôle de l’autre serait de ne pas de juger ou de condamner, mais plutôt d’écouter avec compassion. Il n’existe personne qui ne fasse pas de fautes, ou n’a de pensées jugeantes,… L’erreur, l’offense de l’un envers un autre, avec ou sans intention, est une chose banale/humaine. Me justifier signifierait que je m’accroche à elles, m’obligeant à les défendre encore et encore. Je pourrai essayer de les dissimuler aussi… Quelle perte d’énergie et de temps ! Le choix m’appartient.

Confesser mes peurs, mes sentiments d’imperfection, mes offenses et mes griefs. Amener l’obscurité de mes pensées et sentiments secrets dans la lumière de mon attention consciente. Il n’existe pas de « faute » qui ne puisse être corrigée. Il n’existe point d’offense qui ne puisse être comprise/pardonnée.

Des fautes sont commises et je suis reconnaissante pour chaque faute que je fais (ça prend parfois un peu de temps ;-)). Chaque erreur est une opportunité de m’élever, de mettre en lumière les zones sombres de ma pensée. Une personne qui admet ses erreurs est un phare de lumière pour les autres. Un canal pur par lequel la lumière brille. Lumière disponible à tous. A chacun de s’exercer au « jeu » de la vérité/authenticité/respect. De soi à soi, la rayonner, mettre en pratique au quotidien en retirant autant que possible jugement/ compétition/ rancœur/ envie/ avidité… qui obstruent le passage du flux d’amour à travers nos cœurs.

De la théorie à la pratique :

J’accepte de perdre mes vieilles habitudes. M’ouvrir à une autre perception de moi/du monde, c’est forcément me heurter à de vieux schémas, à mes peurs anciennes qu’il faudra dépasser. Autant m’y préparer… 😉 (> Canalisation de groupe)

Mon être est plus vaste et moins limité que je ne le croie à l’instant présent : j’en prends conscience. Jung parlait de nos « il.limites ». Nous sommes capables, tous, d’entrer en contact avec d’autres niveaux de réalité. Si nous n’y parvenons pas, c’est à cause de notre mental qui nous répète que c’est impossible. Il est temps de le mettre un peu de côté et d’écouter nos intuitions et de voir/ressentir les synchronicités.

Webinaire et atelier pour : ouvrir, développer et avoir accès à votre sens de l’intuition. Apprendre à lui faire confiance pour que l’intuition prenne la place qui lui revient en tant que force positive pour guider votre vie. Quel que soit le niveau où vous vous situez, cet atelier vous aidera à vous sentir à l’aise lorsque vous utiliserez votre intuition, de façon simple, pratique et efficace (> Rdv pour le webinaire le 29/01 à 20h)

NEWSLETTER DECEMBRE 2019 : Aujourd’hui, je réclame ce qui est à moi !

Partager mon expérience ? Oui, bien sûr ! Mon (ton) histoire peut être d’une grande aide pour les autres. Mais les limites d’un tel partage sont claires. C’est MON expérience que je partage, une histoire, pas une prescription pour les autres. Quelle que soit la vérité qu’une personne percevra dans mon histoire, ce sera la vérité qu’il est prêt à recevoir. Et cela, évidemment, sera différent pour chaque personne qui entendra mon histoire.

En bout de ligne, je suis la seule responsable des croyances que j’accepte. Quelqu’un peut me raconter de terribles mensonges, mais il ne sera pas responsable si je les crois.

Chacun est guidé d’une manière unique et possède des dons uniques à partager. Je célèbre cette guidance et ces dons, mais je n’essaye pas de guider les autres et je n’accepte pas d’être guidée par qui que ce soit même s’il me l’offre. C’est un faux cadeau. Car ce qui fonctionne pour l’un ne fonctionnera pas nécessairement pour l’autre.

Le seul conseil que je puisse donner à celui qui cherche est : cherche la vérité dans ton propre cœur, car il n’y a que là que tu puisses la trouver. (> session de canalisation de groupe)

Tout le monde, à un moment ou l’autre, remet son pouvoir à l’extérieur, pour mieux apprendre à le reprendre. C’est une importante et profonde leçon. Cela signifie que je suis plus près de ma propre vérité, et si je suis plus près de ma propre vérité, alors je suis au plus près de mon divin intérieur, de la vérité universelle, de ma connexion avec le Un, le tout,… J’y parviens non par la conformité, mais par l’authenticité. Lorsque j’ai le courage/la liberté d’être moi-même, je suis dans une vibration haute et je reçois/vis, alors, la plus haute vérité que je suis en mesure de recevoir.

La liberté vient à moi lorsque je rejette toute forme d’autorité extérieure et lorsque je refuse d’exercer de l’autorité sur qui que ce soit. C’est le moment où le Soi vient à moi, devient moi. Aujourd’hui, je réclame ce qui est à moi. Je prends le pouvoir qui me revient. Je laisse aux autres leur pouvoir. Je n’accepte aucun autre « maître »  que celui qui vit dans mon cœur. Lorsque je comprends que j’ai une liaison directe avec le divin, en tout temps, je cesse de chercher des réponses à l’extérieur de moi.

Seul le « divin en moi » sait. Je n’accepte aucun substitut, n’élève aucune idole au-dessus. Ceux qui veulent qu’on leur dise quoi faire découvriront bien assez tôt que personne n’a de réponse pour eux. Ne sois pas un de ceux qui remettent leur pouvoir à « l’extérieur ». N’accepte dans ta vie que les enseignements du « divin en soi ». Ecoute et reçois-les dans le silence de ton cœur. Pour une vie alignée, 100%toi !

De la théorie à la pratique :

Au cours des nombreuses années que j’ai passé à apprendre aux gens à suivre leur intuition, j’ai entendu d’innombrables histoires où un évènement difficile ou même désastreux amène finalement un résultat merveilleux de façon totalement inattendue.

Notre intuition essaye sans cesse de nous emmener là où nous avons besoin d’aller et, ceci, de la meilleure façon possible. Quelquefois cela implique de quitter ce à quoi nous sommes attaché et nous pouvons avoir l’impression que tout s’écroule dans notre vie. C’est peut-être parce que nous n’en avons plus besoin et qu’il est temps pour nous de changer. Lorsque nous regardons notre passé, nous voyons rétrospectivement cette nécessité et constatons notre intérêt, même si le passage est parfois difficile. C’est alors qu’il est important d’avoir confiance, d’avoir la foi. Plus nous sommes entraînés à suivre nos intuitions, plus notre foi dans le processus augmentera.

Si vous n’êtes pas certain que votre intuition vous guide dans telle ou telle décision, vous pouvez demander à votre guide/voix intérieure (vous l’appelez comme vous voulez) à avoir des réponses plus claires : « Ok, je pense que tu veux que je fasse ceci mais je n’en suis pas certain. Si je me trompe, fais en sorte que ce soit bloqué d’une façon ou d’une autre. Donne-moi un signe clair que ce n’est pas la bonne voie ». Si vous demandez des éclaircissements, vous obtiendrez immédiatement un signe, intérieur ou extérieur, ou bien vous sentirez si l’énergie circule avec fluidité en vous ou non.

Vous voulez apprendre et/ou développer votre intuition ?

> Nouveau pour 2020 : Webinaire « Ouverture à l’intuition ». Journée « Connexion/Exercice pour ouvrir et renforcer son intuition/connexion », les dates seront bientôt en ligne sur www.mariejaucot.be !

NEWSLETTER NOVEMBRE 2019 : Apprendre/enseigner : une étape fondamentale pour mon évolution

Dès que je crois avoir tout compris, ma réserve d’amour s’épuise tout d’un coup. Pourquoi cela ? Je dis : « Assez, j’en ai assez ! ». Dans ma tête, je ferme la porte, dans mon cœur aussi… Et mon «enseignant intérieur» n’est pas d’accord avec ça. J’ai sans doute encore une autre leçon à apprendre, une leçon d’humilité… Encore…

Tout ce que je sais ne signifie rien si, en ce moment, je ne suis pas en paix. Quand je suis en paix, le besoin de savoir disparaît.

D’expérience, j’ai pris conscience que j’enseigne ce que j’ai besoin d’apprendre. Quand je partage mes expériences avec vous, je renforce mon processus d’apprentissage. En partageant, j’approfondis ce que j’ai appris, je l’étends à tous mes corps (physique, énergétique, aurique), à mes chakras, … Je prends un savoir intellectuel, je le personnalise et je l’amène dans le cœur, dans mon énergie. Quand vous m’écoutez/lisez/podcastez/consultez, je sais que ce qui est vrai pour moi l’est aussi pour vous.

En partageant, j’apprends à vous écouter. Je vois comment vous avez intériorisé les choses d’une façon différente, avec une intensité différente. Il est clair que vous avez maîtrisé certaines leçons que, moi, je ne commence qu’à saisir. Je comprends que vous êtes mon enseignant, tout comme moi je suis le vôtre.

Enseigner et apprendre sont les processus de toute une vie. La façon dont j’apprends devient un enseignement, et la façon dont j’enseigne devient un apprentissage. Ça n’a pas de fin… (attention, personne ne peut vous enseigner quoi que ce soit sans votre permission). Donc, je suis toujours en apprentissage. Et vous aussi. C’est sur ce terrain que nous nous rencontrons face à face, d’égal à égal (> session de canalisation de groupe).

Bien que je puisse faire une partie de mon travail spirituel par moi-même, par la méditation, l’observation de mes pensées et de mes émotions, l’étude des écritures, il y a une très grande part que je ne peux pas faire seule.

Aucun d’entre nous ne peut être sauvé seul. C’est grâce à nos interactions, aussi douloureuses soient-elles, que nous apprenons et grandissons. Donc, si je m’isole des autres, je ne fais que retarder les prises de conscience et le processus d’apprentissage/évolution. Je ne suis pas ici pour trouver mon salut « dans les autres » mais « par les autres », être attentive à la fusion : trouver la juste distance qui honore chacun. Trouver le « lieu où nous nous rencontrons », c’est la danse de la vie et également une étape/pratique fondamentale pour permettre la présence du divin dans chacune de nos rencontres/relations. Chaque occasion saisie pour partager nos pensées et nos sentiments avec les autres aide à aller au-delà de notre réalité basée sur l’égo et découvrir nos aspirations et nos besoins communs. Commun ou pas : laisser de l’espace pour la différence, ne pas imposer ma réalité. La fluidité/sérénité, alors, s’invite dans la relation … Je sens que quelque chose de nouveau/différent peut se vivre.

De la théorie à la pratique : à la rencontre de l’amour

L’amour est un état d’être, d’équilibre et d’harmonie : il vous rappelle votre complétude, le merveilleux de la plénitude de votre être. Inspirez l’amour et expirez l’amour. Souriez ! Faites consciemment l’effort d’être un amoureux de la vie et vous allez vous sentir, à chaque instant de votre vie, comme si vous étiez en train de faire l’amour. Être amoureux est votre état d’être naturel, et c’est dans cet espace que vous allez rencontrer les âmes des autres, de ceux qui ont éveillés leur cœur. Un(e) amoureux(se) entre dans votre vie pour vous donner l’image de votre amour, de votre être supérieur, de la partie de vous qui vibre « haut ». À un niveau plus élevé, le but de vos relations est de vous renvoyer en miroir l’amour que vous êtes, et de faire s’évanouir tout ce qui met des barrières ou résiste à l’amour (> Atelier Magique l’Amour & Moi).

NEWSLETTER OCTOBRE 2019 : Un bond sur le chemin

C’est de l’égo spirituel de penser que je suis plus avancée que d’autres sur le chemin. Même si c’était vrai, quel avantage à le savoir ou à le proclamer ? Ce qui m’est le plus utile, c’est la compassion envers moi-même et envers les autres. Ce qui m’est utile, c’est de savoir que chaque personne a une leçon parfaite pour elle, et que, si elle l’apprend, il n’y a pas de mots pour décrire le bond qu’elle fera sur le chemin d’évolution.

L’idée d’être en avant ou derrière a bien peu d’importance puisque je ne connais pas la ligne de départ ni la ligne d’arrivée. Certains ont un court parcours rempli de défis à s’en arracher le cœur et d’autres ont un long parcours calme composé de plusieurs leçons… Je peux observer les autres, c’est tout. Ne pas juger ni comparer. J’ai suffisamment de pain sur la planche pour me garder occupée à saisir mes propres leçons et commencer à les intégrer : c’est un job à plein temps 😉 Aussi, en tant que thérapeute, je me/vous dois de me repositionner régulièrement : En conseillant/accompagnent les autres, est-ce que je me cache derrière mon métier pour éviter les leçons que j’étais venue apprendre ? Tout le monde vient ici et croit pouvoir s’esquiver. Certaines personnes ont développé de très bons systèmes de fuite ! Et moi aussi. J’ai appris à les (re) connaître. De toute façon, en temps et en lieu, notre propre lessive sera mise à jour. C’est inévitable ! Tout le monde reçoit un appel, un jour ou l’autre…

La planète entière est en mission d’éveil. Si l’on veut se rencontrer, s’éveiller (ensemble ?), je dois cesser d’interpréter ce qui arrive et simplement laisser se dérouler. Je peux être ébranlée, secouée… Je prends le temps d’écouter/ressentir ce qu’il m’arrive. Trouver une communication honnête, sans prétention, avec bienveillance, sans jugement  de moi à moi. Il n’y a pas de rencontre avec soi sans l’honnêteté et la responsabilité personnelle. Aucune rencontre sans le pardon de soi et la compassion.

Une communication non-veillante/jugeante et la comparaison nourrissent l’égo spirituel. Ce type d’orgueil contribue à perpétuer la distance entre moi et « qui je suis », entre moi et mon divin intérieur. Devenir le plus transparent possible à moi-même et aux autres, ne pas me cacher. Utiliser des mots clairs de moi à moi, de moi aux autres. Il me faut « désapprendre », changer de fonctionnement. Cela prend des voies différentes pour chacun d’entre nous. Les mots nous invitent, au moyen de la raison et de l’expérience, à regarder en face nos erreurs et à accepter. Cela prend un peu de temps… Petit à petit, jour après jour, le monde extérieur perd progressivement sa « séduction » et je prends davantage conscience du monde réel et du divin en moi, en chaque chose/chacun. Et, vibrer « Qui je suis » au quotidien. Re.trouver et rayonner ma vibration. Aimer la vie/ma vie !

Avec vous, pour Vous,

Marie

De la théorie à la pratique :

Aujourd’hui, lorsque vous ressentez de la frustration à propos d’une chose sur laquelle vous n’avez pas d’emprise, utilisez le SAP : souffler, accepter et progresser.

Les raisons de se morfondre sont parfois nombreuses et amènent à ruminer. Quelques respirations profondes conduisent  presque immédiatement à un état de conscience plus élevée. Voir les applications « cohérence cardiaque » par ex…

Accepter est la reconnaissance objective de la réalité. Vous pouvez ne pas approuver une situation ou un comportement, mais l’accepter évite bien des souffrances. Vous libérez, dès lors, de l’énergie disponible pour apprendre et pour progresser.

Cette phrase m’a bien souvent aidée : « Ayez le courage de changer ce qui peut l’être, d’accepter avec sérénité ce qui ne peut pas et posséder le discernement nécessaire pour faire la différence entre les deux ». R.Niebuhr 1930

NEWSLETTER SEPTEMBRE 2019 : Ce serait tellement plus simple de ne pas penser

Quelque chose de radical est nécessaire si je veux dépasser les limites de ma perception. Quelque chose qui ressemblerait à une démarche spirituelle peut-être…

Ce serait tellement plus simple de ne pas penser ! Pas penser du tout….Si seulement j’en étais capable 😉 ! J’observe comme mon esprit à tendance à essayer de tout comprendre/structurer/planifier. Mon esprit révise, fait et refait, s’accroche à des possibilités, verse dans l’opposition et le conflit… Je fais mon scénario, et tous les personnages, toute seule ! Epuisant… et stérile !

Quand je commence à prendre ma vie (ou celles des autres) trop au sérieux, j’essaye d’abord de me concentrer sur des choses/tâches simples. Je pense à des choses qui doivent être faites, puis je laisse mon esprit vagabonder, libre de pensées. Je suis, encore là, dans la position « observateur » de moi, des autres, de la situation… Dans cette position « limitée », je me rends compte que je ne connais seulement que ce je vois, pas ce qui n’est pas là et aussi, les émotions m’envahissent…

Prendre la hauteur nécessaire, me rappeler cette réflexion : « Ce que je vois est un miroir me reflétant ce que je crois. Tout ce qui survient dans ma vie est un reflet d’une quelconque croyance que j’ai à mon sujet ». Je me la répète pour sortir de la souffrance et du sentiment d’impuissance de ne pas pouvoir faire le prochain pas (> canalisation de groupe). Mais aussi le faire quand je suis en amour…

Ne pas prétendre savoir le sens de ce qui arrive, simplement que c’est le reflet d’une croyance que j’ai. Observer sans juger. Observer dans l’acceptation. Observer dans l’abandon. Rentrer dans le mouvement de la vie, hors de la survie, sans système de défense, sans savoir ce que la vie va m’apporter, sans attente (donc hors survie). Être simplement présent, augmenter la qualité de présence à «qui je suis» (> Atelier Magique  : « qui je suis ») et rejeter toutes les interprétations. Rentrer dans l’expérimentation. Libération de mes dogmes et de mes idéologies, me retrouver seule. En face à face avec mon moi, mon divin intérieur. Paix et harmonie…

De la théorie à la pratique :

Tranquilliser mon esprit :

Tranquilliser mon esprit consiste à cesser de croire qu’il peut m’apporter quelque chose dont j’ai besoin. Être disposé à faire l’expérience de quelque chose de nouveau, de quelque chose que je ne connais pas (>canalisation de groupe). Pour cela, 1- Observer mes projections : ce que je n’aime pas dans ma vie, chez certaines personnes de mon entourage/famille/amis/collègues… Elles sont toutes des jugements, des pensées en liaison avec le passé ou le futur. Elles me disent de lutter, de rechercher quelque chose qui me manque et que je devrai posséder et de ne pas échouer,… Ce type de pensées apporte souffrance parce qu’elles divisent : les autres et moi. 2- Reconnaître que ce que je dis et ce que je fais aux autres, je le dis et je le fais à moi-même. Lorsque ce que je fais vient d’une pensée jugeante, je me sépare davantage…je m’enfonce davantage dans un sentiment de séparation qui amène toujours avec lui souffrance et douleur. Mais lorsque cela vient d’une vraie pensée d’amour, cela me permet de faire l’expérience d’un sentiment d’amour, d’un sentiment d’union. Parfois simplement changer mon attitude, ma posture envers les autres. Agir sans intention ou, mettre une intention positive, un sourire, une main tendue. Alors, un sentiment d’amour me revient avec l’amour que j’ai offert. C’est là la loi de l’amour, du partage et cela me remplit de joie.