C’est de l’égo spirituel de penser que je suis plus avancée que d’autres sur le chemin. Même si c’était vrai, quel avantage à le savoir ou à le proclamer ? Ce qui m’est le plus utile, c’est la compassion envers moi-même et envers les autres. Ce qui m’est utile, c’est de savoir que chaque personne a une leçon parfaite pour elle, et que, si elle l’apprend, il n’y a pas de mots pour décrire le bond qu’elle fera sur le chemin d’évolution.

L’idée d’être en avant ou derrière a bien peu d’importance puisque je ne connais pas la ligne de départ ni la ligne d’arrivée. Certains ont un court parcours rempli de défis à s’en arracher le cœur et d’autres ont un long parcours calme composé de plusieurs leçons… Je peux observer les autres, c’est tout. Ne pas juger ni comparer. J’ai suffisamment de pain sur la planche pour me garder occupée à saisir mes propres leçons et commencer à les intégrer : c’est un job à plein temps 😉 Aussi, en tant que thérapeute, je me/vous dois de me repositionner régulièrement : En conseillant/accompagnent les autres, est-ce que je me cache derrière mon métier pour éviter les leçons que j’étais venue apprendre ? Tout le monde vient ici et croit pouvoir s’esquiver. Certaines personnes ont développé de très bons systèmes de fuite ! Et moi aussi. J’ai appris à les (re) connaître. De toute façon, en temps et en lieu, notre propre lessive sera mise à jour. C’est inévitable ! Tout le monde reçoit un appel, un jour ou l’autre…

La planète entière est en mission d’éveil. Si l’on veut se rencontrer, s’éveiller (ensemble ?), je dois cesser d’interpréter ce qui arrive et simplement laisser se dérouler. Je peux être ébranlée, secouée… Je prends le temps d’écouter/ressentir ce qu’il m’arrive. Trouver une communication honnête, sans prétention, avec bienveillance, sans jugement  de moi à moi. Il n’y a pas de rencontre avec soi sans l’honnêteté et la responsabilité personnelle. Aucune rencontre sans le pardon de soi et la compassion.

Une communication non-veillante/jugeante et la comparaison nourrissent l’égo spirituel. Ce type d’orgueil contribue à perpétuer la distance entre moi et « qui je suis », entre moi et mon divin intérieur. Devenir le plus transparent possible à moi-même et aux autres, ne pas me cacher. Utiliser des mots clairs de moi à moi, de moi aux autres. Il me faut « désapprendre », changer de fonctionnement. Cela prend des voies différentes pour chacun d’entre nous. Les mots nous invitent, au moyen de la raison et de l’expérience, à regarder en face nos erreurs et à accepter. Cela prend un peu de temps… Petit à petit, jour après jour, le monde extérieur perd progressivement sa « séduction » et je prends davantage conscience du monde réel et du divin en moi, en chaque chose/chacun. Et, vibrer « Qui je suis » au quotidien. Re.trouver et rayonner ma vibration. Aimer la vie/ma vie !

Avec vous, pour Vous,

Marie

De la théorie à la pratique :

Aujourd’hui, lorsque vous ressentez de la frustration à propos d’une chose sur laquelle vous n’avez pas d’emprise, utilisez le SAP : souffler, accepter et progresser.

Les raisons de se morfondre sont parfois nombreuses et amènent à ruminer. Quelques respirations profondes conduisent  presque immédiatement à un état de conscience plus élevée. Voir les applications « cohérence cardiaque » par ex…

Accepter est la reconnaissance objective de la réalité. Vous pouvez ne pas approuver une situation ou un comportement, mais l’accepter évite bien des souffrances. Vous libérez, dès lors, de l’énergie disponible pour apprendre et pour progresser.

Cette phrase m’a bien souvent aidée : « Ayez le courage de changer ce qui peut l’être, d’accepter avec sérénité ce qui ne peut pas et posséder le discernement nécessaire pour faire la différence entre les deux ». R.Niebuhr 1930