Quelque chose de radical est nécessaire si je veux dépasser les limites de ma perception. Quelque chose qui ressemblerait à une démarche spirituelle peut-être…

Ce serait tellement plus simple de ne pas penser ! Pas penser du tout….Si seulement j’en étais capable 😉 ! J’observe comme mon esprit à tendance à essayer de tout comprendre/structurer/planifier. Mon esprit révise, fait et refait, s’accroche à des possibilités, verse dans l’opposition et le conflit… Je fais mon scénario, et tous les personnages, toute seule ! Epuisant… et stérile !

Quand je commence à prendre ma vie (ou celles des autres) trop au sérieux, j’essaye d’abord de me concentrer sur des choses/tâches simples. Je pense à des choses qui doivent être faites, puis je laisse mon esprit vagabonder, libre de pensées. Je suis, encore là, dans la position « observateur » de moi, des autres, de la situation… Dans cette position « limitée », je me rends compte que je ne connais seulement que ce je vois, pas ce qui n’est pas là et aussi, les émotions m’envahissent…

Prendre la hauteur nécessaire, me rappeler cette réflexion : « Ce que je vois est un miroir me reflétant ce que je crois. Tout ce qui survient dans ma vie est un reflet d’une quelconque croyance que j’ai à mon sujet ». Je me la répète pour sortir de la souffrance et du sentiment d’impuissance de ne pas pouvoir faire le prochain pas (> canalisation de groupe). Mais aussi le faire quand je suis en amour…

Ne pas prétendre savoir le sens de ce qui arrive, simplement que c’est le reflet d’une croyance que j’ai. Observer sans juger. Observer dans l’acceptation. Observer dans l’abandon. Rentrer dans le mouvement de la vie, hors de la survie, sans système de défense, sans savoir ce que la vie va m’apporter, sans attente (donc hors survie). Être simplement présent, augmenter la qualité de présence à «qui je suis» (> Atelier Magique  : « qui je suis ») et rejeter toutes les interprétations. Rentrer dans l’expérimentation. Libération de mes dogmes et de mes idéologies, me retrouver seule. En face à face avec mon moi, mon divin intérieur. Paix et harmonie…

De la théorie à la pratique :

Tranquilliser mon esprit :

Tranquilliser mon esprit consiste à cesser de croire qu’il peut m’apporter quelque chose dont j’ai besoin. Être disposé à faire l’expérience de quelque chose de nouveau, de quelque chose que je ne connais pas (>canalisation de groupe). Pour cela, 1- Observer mes projections : ce que je n’aime pas dans ma vie, chez certaines personnes de mon entourage/famille/amis/collègues… Elles sont toutes des jugements, des pensées en liaison avec le passé ou le futur. Elles me disent de lutter, de rechercher quelque chose qui me manque et que je devrai posséder et de ne pas échouer,… Ce type de pensées apporte souffrance parce qu’elles divisent : les autres et moi. 2- Reconnaître que ce que je dis et ce que je fais aux autres, je le dis et je le fais à moi-même. Lorsque ce que je fais vient d’une pensée jugeante, je me sépare davantage…je m’enfonce davantage dans un sentiment de séparation qui amène toujours avec lui souffrance et douleur. Mais lorsque cela vient d’une vraie pensée d’amour, cela me permet de faire l’expérience d’un sentiment d’amour, d’un sentiment d’union. Parfois simplement changer mon attitude, ma posture envers les autres. Agir sans intention ou, mettre une intention positive, un sourire, une main tendue. Alors, un sentiment d’amour me revient avec l’amour que j’ai offert. C’est là la loi de l’amour, du partage et cela me remplit de joie.